top of page

A quoi ça sert de vivre ?



Nous naissons, nous grandissons, et un jour Dame Mort se présente à nous...



Un jour nous arrivons ici, mais dans quel but ?


Vous êtes-vous déjà posé(e) cette question ? C'est vrai quand on regarde la vie de la plupart d'entre nous, que voyons-nous ?

Chaque matin nous nous réveillons, plus ou moins en forme, selon la nuit que nous avons passée. Puis nous prenons un petit déjeuner, ou pas. Tout dépend du temps que nous avons. Puis la douche, et départ pour une longue journée.


Une longue journée au boulot, pour les plus chanceux qui ont un travail. Et même là pour certaines personnes partir vers ce salut financier, c'est comme aller vers l'abattoir !


La fin de journée arrive avec ces autres tâches, course, préparation du repas, devoirs des enfants, rangement, lessive, repassage... Mais avant d'attaquer cette deuxième journée, nous récupérons le courrier dans la boîte aux lettres, et parfois, une lettre nous met sens dessus dessous. Bien souvent une facture et la grande question : "comment vais-je faire" vient s'insinuer dans notre esprit. Elle nous entraine dans des ruminations qui ne viendront certainement pas, nous bercer pour une douce nuit, et parfois même par une insomnie sévère. Mais nous continuons...


Et le weekend est là ! Nous pourrions nous dire :"OUF" enfin du repos."


Mais est-ce vraiment du repos ?


Bien souvent "weekend" est synonyme de "fais tout ce que tu n'as pas eu le temps de faire cette semaine". Et le chronomètre se met en route, qui nous harcèle avec des "dépêche toi, cours, tu as çà à faire, les courses, le grand ménage..."

Arrive le dimanche soir, avec son lot de fatigue, avec cette impression de ne pas avoir pu se reposer. Pour de nombreuses personnes, ce fameux dimanche soir, est comme un bouton replay. Le replay d'une semaine comme les autres dans une course effrénée pour rester vivant dans ce cercle familial, amical, professionnel.


Les semaines, les mois, les années passent, estompent, grignotent notre joie, notre plaisir de faire. C'est ainsi que nous nous retrouvons dans une vie qui ne nous ressemble plus, où tous nos repères se sont effacés. Nos rêves ont disparu et la vie devient un carcan d'obligations, de convenances. Oh c'est vrai que quelques moments de joie viennent s'immiscer, pour nous faire croire qu'un jour quelque chose de bien va se produire, que tout sera différent. Et nous reprenons notre petit quotidien, nous évadant au travers des séries télévisées, des films, les belles histoires des autres. Car notre histoire nous n'avons même plus envie de la vivre.


Toutes ces années de survie nous guident droit vers un burnout


A ce moment là nous nous questionnons sur "qui suis-je", "à quoi çà sert de vivre" "jamais çà ne changera". Quand j'ai traversé cette période, même si j'avais mes enfants que j'adorais, la vie me semblait tellement lourde. Tant de galères, de combats pour rester à la surface ! Alors j'ai commencé à chercher. Je suis devenue un vrai limier ! Et j'ai cherché, encore et encore, quelle énergie, que de temps dépenser pour rien !


J'attendais une solution de l'extérieur, je priais pour le changement. Trouver un nouveau job, trouver de l'argent, trouver un homme, trouver et encore trouver. Mais au final tout était éphémère, à peine entrer dans ma vie, que tout disparaissait et je je repartais vers de nouvelles quêtes.

Tout ce que je récupérais, au fil de ces années, c'était de plus en plus d'insécurité, de plus en plus de fatigue. La question que je posais le plus souvent autour de moi était :" si je faisais ceci ou cela, qu'est-ce que tu en penses ?" Les réponses que j'entendais , étaitent à l'opposé total de ce que mon âme me criait. Mais en bon petit soldat paramétré pour correspondre aux règles, j'écoutais, et je mettais un couvercle sur ces idées, sur mes rêves.


Je rentrais dans le rang en baissant l'échine pour mieux subir les crasses de la vie.


OH bien sûr ! pour certaines personnes dès le départ un rêve les anime, et les conduit vers des passions qui les font vibrer, vivre. Mais sur la totalité des humains, ils sont comme une espèce en voie de disparition. La plupart d'entre nous sont bloqués dans des vies de routine, où chaque jour, ressemble à celui d'hier et de demain.

Je me souviens de maman, lors de ces tous derniers jours parmi nous, qui m'a raconté tous ces regrets, de ne pas avoir eu le courage d'être ses rêves, et ce jour là elle m'a demandé de lui promettre d'envoyer tout valser, surtout "les qu'en dira-t-on". Ces "qu'en dira--t-on" avaient règlé sa vie en mode mouton. C'est à ce moment là qu'elle m'a dit une petite phrase qui a mis plusieurs mois, plusieurs années à entre en ma conscience. "n'oublie pas d'aimer, d'aimer qui tu es, d'aimer ce que tu fais".


Si aimer était la solution ?


Aimer, prendre du plaisir dans tout ce que l'on fait, même dans les pires corvées. Comme pour exemple, cette tâche que je trouve chronophage : le repassage. Je ne sais pour vous, mais pour mois c'était ma bête noire. Le truc qui ne sert à rien et qui revient aussi vite que le temps qui file.

Ces types de tâche sont bien nombreuses, n'est-ce pas ?


Alors comment les rendre plus cools, plus sympas ? Comment y mettre du plaisir, de la joie ?


En les aimant ! Wahou, facile à dire !


Un matin, alors que je m'apprêtais à affronter cette série d'obligations quotidiennes, notamment ce tas de linge qui montait dangereusement vers le plafond. Je me suis dit : stop ! Je me suis assise et je l'ai regardé. J'aurais pu prier les anges, les guides en espérant qu'ils arrivent, telle une milice du repassage ! Non ! j'ai juste regarder et je me suis dit : "si je voulais voir du plaisir qu'est ce que je pourrais voir ! A cet instant, des images sont arrivées : une pièce rangée, des armoires bien rangées, le gain de temps du matin. Bon donc j'avais trouvé les avantages, il me manquait maintenant à trouver comment y prendre plaisir. Utiliser mes sens ! Voilà la réponse. Alors j'ai mis de la musique que j'aime, des huiles essentielles de lavande dans le fer à repasser, j'ai laissé venir un sourire sur mon visage, je l'ai laissé se diffuser dans tout mon corps et hop je me suis mise au boulot. Et incroyable cette tâche qui me semblait impossible qui me fatiguait avant même d'avoir commencé, s'est réalisée dans une telle facilité, comme par magie.


Et si nous étions là pour prendre du plaisir et aimer ?

Si le secret de la vie était de vivre dans la joie de faire et d'aimer ce que nous faisons. Ce jour là, quand j'ai posé un autre regard sur mon tas de linges, j'ai compris que tout est une question de pensées, de perception de ce qui est. De plus, j'ai compris que cela m'appartenait et que j'avais ce pouvoir de changer les obligations en plaisir, juste en acceptant de les voir différemment. Rien n'avait changé pour ainsi dire, car chaque semaine, ce tas se récréait mais il ne me faisait plus peur, il ne me fatiguait plus, car j'avais transmuté ces images de corvée en plaisir de faire.


Il m'arrive bien sûr encore de râler devant tout ce que j'ai à faire, c'est bon parfois aussi, de se laisser aller dans les fanges de la vie ! Mais rapidement, je me mets à rire de moi et je retrouve cette force de transformation. Et l'envie, le plaisir de faire reviennent.

Le plus incroyable c'est que de mettre du plaisir dans quoi que ce soit, nous ouvre des portes par des synchronicités, et là de nouvelles opportunités s'ouvrent à nous, et enfin le changement peut se produire.


Et vous qu'est ce qui vous fatigue le plus dans la vie ? Si vous regardiez cela en laissant un sourire venir, et à laisser votre imagination crééer de belles images de changement, que deviendrait votre vie de routine ?


Prenez le temps et regarder autour de vous, ce qui maintenant vous fait plaisir, regarder ce qui est maintenant, à votre portée et non plus ce que vous attendez et ajoutez cet ingrédient à ce que vous souhaiteriez changer.... Et le changement opérera...






コメント

5つ星のうち0と評価されています。
まだ評価がありません

評価を追加
bottom of page