top of page

Je n'ai jamais été en colère ! Madame !



Dès que je me suis connectée à cette dame, je me suis sentie emplie de colère. Elle m'étouffait, m'écrasait, j'avais envie d'hurler.


Tout mon corps s'était raidi, et ma respiration devenait difficile.


Alors, je lui ai dit : " Wahou ! je ressens beaucoup de colère en vous !"


Non ! Madame, en 60 ans je ne me suis jamais mise en colère !



J'ai souri en entendant cette réponse, et j'ai repensé à la petite phrase du Docteur House : "Tous les patients mentent".


Je me retrouvais devant une personne qui était dans un vrai déni de la colère et des ressentiments qu'elle portait. Mais rien ne m'arrête ! J'ai appris au fil des années à faire confiance à mes ressentis.


Tout en restant centrée sur mon corps, et son bouillonnement, je lui ai demandé de répéter à voix haute :"Je suis en colère".


Stoïquement, elle a répété cette phrase. J'ai insisté en lui demandant de répéter encore et encore et pour l'accompagner, je prononçais la même phrase en tapant du point sur le bureau.


Et là ! un miracle s'est produit !


Cette femme si calme d'apparence a explosé, tout ce qui était autour d'elle a volé. C'était un déchainement total et complet. Puis elle a commencé à raconter sa vie de soumission à l'autorité masculine. Son père, puis son mari... Une vie complète où sa vie, ses besoins, avaient été occultés.


Tout pour les autres et rien pour elle !


Le résultat : elle vivait seule, enfermée dans une vie de survie.


Elle a été plus surprise que moi de toute cette colère, de ces ressentiments qui dormaient en elle. Enfin elle se rencontrait, enfin elle acceptait de voir ce qu'elle cachait depuis si longtemps.



Voilà elle était maintenant prête à se libérer de tous ces ressentiments !


Nous avons poursuivi la séance, avec un voyage au travers ses vies antérieures, et en fin de séance, elle pleurait comme une petite fille. C'était tellement beau de voir enfin, cette femme s'autoriser à exister.


Un an plus tard, j'ai reçu une jolie carte postale. C'était elle, qui me remerciait de l'avoir libérée de la prison qu'était devenue sa vie. Elle me racontait que depuis notre séance, elle avait décidé de vivre et de faire ce dont elle avait toujours rêvé : voyager.


Les ressentiments, sont de vraies prisons, ce sont toutes les colères que nous avons refusées d'écouter. Ces énergies, dites d'emprise, sont comme de l'acide qui se répand dans tout notre corps. Elles nous rongent, nous enferment dans des passés non digérés et nous ferment toutes portes vers un avenir de paix et de joie.


De plus, comme nous attirons tout ce qui vibre en nous, nous passons notre vie à rencontrer sur notre chemin de nombreuses situations, personnes qui vont nous faire ressentir de la colère. Nous nous privons de notre pouvoir de créer une vie qui soit en harmonie avec nos besoins, nos valeurs véritables. Nous devenons de pâles copies des attentes des autres et un jour nous finissons par ne plus exister.


La colère est une vraie amie, quand nous acceptons de la vivre, de l'écouter. Elle vient nous délivrer de nombreux messages. Elle nous invite à plonger en nous et à écouter ces parts de nous qui nous appellent au secours.


Parfois elle vient nous dire :

  • Tu ne te sens pas respectée

  • Apprends à dire non

  • Personne ne t'aime

  • Je suis nulle, je suis bonne à rien

  • Je ne suis pas capable

  • Je me sens impuissante face à une situation, une personne

  • On te prend pour une imbécile...

Elle a tant de messages à nous transmettre, qu'il est vraiment bénéfique d'en faire une alliée de paix plutôt que de la laisser devenir une guerrière en nous, qui détruira tout...


En vivant nos colères, nous évitons aux ressentiments de s'installer et de prendre notre pouvoir d'aimer et d'être aimé(e) dans le respect et la joie.


Et vous êtes-vous dans la conscience de vos colères enfouies, cachées ?
















Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page