top of page

Savez-vous pourquoi je m'appelle Marie-Noëlle ?

Dernière mise à jour : 9 févr. 2023


J'ai mis des années à découvrir ce secret, enfin secret pour moi mais pas pour mes proches.


Depuis enfant je n'étais pas à l'aise avec ce prénom. Quand à l'école la maîtresse faisait l'appel, j'avais toujours un retard pour lever la main. Ce qui me valait bien souvent d'aller au coin !


En réalité, je n'aimais pas ce prénom, il me rendait triste. Je préférais Marie.




Et pour cause, Marie est mon prénom, celui qui avait été choisi avant ma naissance.


Alors pourquoi mes parents ont-ils changé à ma naissance ?


Quand ils sont décédés, ils ont été ensevelis avec tous les secrets me concernaient. J'étais dévastée, car je savais des choses mais j'avais ce besoin impérieux qu'ils me les confirment.


Mais quoi faire ? Ceux qui détenaient les réponses étaient partis !


Mais il me restait mes capacités, un jour je me suis connectée à l'âme de maman qui m'a raconté et m'a dit de demander à Jacqueline ma tante.

Alors j'ai téléphoné à Jacqueline, un peu difficile de lui dire que je l'appelais de la part de maman. Déjà que dans la famille je passe pour une bizarre. Mais bon pas grave. J'ai donc pris mon courage à deux mains, et j'ai compose son numéro.


Après les échanges traditionnels, je suis entrée dans le vif du sujet. Je lui ai raconté ma conversation avec maman. Elle gardait le silence. Puis elle s'est mise à pleurer, en me disant qu'il était tant que tout soit révéler, que tout le monde avait assez souffert.

Voilà donc l'histoire : nous étions deux, j'avais un jumeau mais il n'a pas survécu, il se prénommait Noël.

Vous commencez à comprendre ?


Ils ont eu la bonne idée de coller le prénom de mon jumeau décédé à mon prénom. Et me voilà commençant la vie avec le poids de la mort. Peut-être allez-vous trouver ce terme fort, mais je peux vous assurer que non. Attendez la suite de l'histoire...


J'ai donc grandi avec ce prénom, comme vous le savez mon enfance a été très difficile, non pas que j'avais des parents méchants, non, ils faisaient ce qu'ils pouvaient face à une enfant comme moi. J'étais différente, je me sentais toujours mal. Je passais mon temps à regarder le ciel en attendant que ma famille vienne me récupérer.


Je me sentais toujours seule et triste, comme s'il me manquait quelque chose.


Vous portez la mort


Adulte je suis allée consutlée une médium pour m'aider à comprendre cette lourde tristesse et cette vie si turbulante, toujours ponctuée de maladie, de morts, d'accidents, de déchéances sociales.

Arrivée à ce rendez-vous, je me suis installée dans la salle d'attente. Je regardais autour de moi, me demandant ce que je faisais ici. Une porte s'est ouverte, et une dame souriante m'a invitée à entrer. Elle m'a demandé l'autorisation de tenir mes mains; J'ai accepté. A cet instant elle s'est écriée : "Sortez, sortez tout de suite ! Vous portez la mort en vous ! Je me suis sauvée, comme une pestiférée. J'avais honte, tellement honte !


La vie a repris son cours


Après cette visite je me suis promise de ne plus jamais allrt voir ce genre de personnes. Elle m'avait achevée. Moi je venais pour être rassurée mais ce fut le contraire. C'est à cet époque que les cauchemars sont arrivés. Je ne pouvais plus dormir. Dès que je fermais les yeux, je me retrouvais dans un monde sombre, au paysage lunaire, avec des monstres qui se cachaient, qui m'épiaient et j'entendais : "tu fais partie du monde des morts".


Un peu plus tard cette phrase venait même en dehors de mes nuits. Alors j'ai accepté de l'écouter, c'était un après-midi j'étais dans mon jardin. J'ai dit :"ok je fais partie du monde des morts". Tout mon corps est devenu douloureux, c'était affreux. Puis j'ai entendu : "tu en as mis du temps". Je ne comprenais pas qui me parlait. J'ai donc continué ce dialogue improbable au milieu de mon jardin sous le regard hébété de mon chien.


C'était mon jumeau, depuis le début il était resté accroché à moi. Allant parfois jusqu'à m'investir totalement. Il était en colère de ne pas être vivant et surtout que moi je vivais ma vie sans m'occuper de lui. Gentil le garçon, vivre ma vie ! Une sacrée vie tout de même !


J'ai compris mes sauts d'humeur, mes réactions parfois violentes qui ne me ressemblaient pas, ces mots haineux que je pouvais semer à la volée. Toutes mes histoires d'amitié ou d'amour qui avaient échouées. C'était lui, qui refusaient de me partager avec qui que ce soit. Il me voulait pour lui tout seul, alors dès qu'il voyait que je m'éloignais, il prenait le pouvoir sur moi, et la gentille Marie se transformait en horrible sorcière qui faisait fuir même les plus téméraires.


La nuit commençait à tomber, mais nous avons continuer à dialoguer. J'ai également compris que toutes ces douleurs qui m'avaient paralysées lui appartenaient. Ma tante m'avait avoué qu'il avait vécu quelques heures, mais qu'il avait une malformation génétique au niveau de la colonne vertébrale qui le maintenait dans une souffrance abominable.


Ce jour là j'ai compris tant de choses sur ma vie. Pourquoi dès que tout allait bien la maladie, les douleurs, le handicap revenaient. C'était lui qui refusait que je puisse avoir ma vie sans lui.


Enfin la libération


Nous avons longuement parlé, il s'est apaisé. Tout ce qu'il voulait c'était d'être reconnu, d'être aimé. Au début j'ai eu du mal à lui pardonner, il avait quand même fait de ma vie un enfer !


Heureusement pour moi, je suis qui je suis, et j'ai rapidement mis ma colère de côté pour laisser place à la compassion. Je l'ai accompagné à sa juste place... Vers la paix.


Les jours qui ont suivi, j'ai ressenti un grand vide, mais j'ai ressenti surtout que mon corps était à moi. Que je ne le partageais plus avec la mort. Car c'était bien cela, à ma naissance une partie de moi était morte avec lui. Et cette partie faisait bien partie du monde des morts. Je me suis fait un protocole pour ramener cette part. J'ai nettoyé chaque cellule de mon corps des empreintes de la mort. Et j'ai enfin pu respirer profondément.


En vous écrivant mon histoire, je me souviens qu'à plusieurs reprises dans ma vie, des personnes m'avaient dit que j'étais entourée par la mort. De beaux messages que je n'avais pas compris.


Les jumeaux ou jumelles karmiques, où sont leurs places ?


Certainement pas à nos côtés, notre vie est assez difficile parfois, sans avoir à porter le fardeau d'un autre. De plus cela n'est pas juste.


Chaque âme a besoin de faire son expérience et lorsque nous avons un jumeau ou une jumelle accroché à nous, notre pouvoir est partagé. Nous ne sommes pas pleinement nous. D'ailleurs bien souvent nous ne savons même pas qui nous sommes. Un jour oui, et le lendemain nous remettons tout en question.


De plus, nous portons non seulement notre poids d'incarnation, mais en plus leur propre poids et leur poids de désincarnation. Wahou ! Lourd tout de même !

Leur place est dans la lumière, auprès de leur famille céleste, afin de se reconstruire et de poursuivre leur chemin d'évolution.



Pour aller plus loin dans votre évolution personnelle et spirituelle, découvrez les accompagnements que je vous propose









425 vues

Comentários

Avaliado com 0 de 5 estrelas.
Ainda sem avaliações

Adicione uma avaliação
bottom of page