top of page

Comment retrouver la joie de vivre ?

Dernière mise à jour : 7 avr. 2023

En vous libérant de la tristesse cachée !

Nous savons tous et toutes que l'enfance va déterminer pour la plupart d'entre nous notre vie d'adulte.


Un enfant par définition devrait être heureux !


Vivre l'insouciance, être aimé, être valorisé, réconforté, vivre sous la protection et la bienveillance de ses parents, tel serait le monde idéal pour tout enfant.




Mais est-ce toujours le cas ?


Malheureusement non !


Chaque jour je rencontre des personnes qui se sentent écrasées par le poids des responsabilités, le poids des obligations de la vie, le train train quotidien. La joie vraie, l'insouciance ont disparu et ont laissé place à la morosité, à la déprime, à la fatigue.


Au fil des années, j'ai compris une chose importante. Elles ont toutes un point commun : la tristesse.


Une tristesse qui ne s'est jamais exprimée, une tristesse qui a été bafouée par des :

  • Tu es grand ou grande maintenant, sèche tes larmes,

  • Tu n'as pas honte de pleurer à ton âge,

  • Arrête de pleurer, çà ne sert à rien !

  • Il faut être fort dans la vie !

  • Il n'y a pas de place pour les faibles !

  • Etc...

Demandez-vous combien de fois avez-vous réprimé vos larmes ?

Alors que l'enfant qui pleure, exprime sa tristesse, a besoin de bras et de paroles pour le réconforter.


Alors que se passe-t-il quand enfant, vous avez grandi sans ce réconfort et cette bienveillance ?


Vous apprenez à ne plus montrer votre tristesse, comme si c'était une honte de pleurer ! Vous enfilez le masque où tout va bien, vous mettez un couvercle sur toute cette tristesse qui s'est accumulée. Ainsi au fil des années cette tristesse vient se renforcer en votre intérieur, sans même que vous vous en rendiez compte.


Et pourtant chaque jour, chaque nuit elle est présente.


Comment se manifeste-t-elle ?


En premier, je dirais le sommeil. La journée vous pouvez par des activités, la fuir, mais la nuit quand tout est silencieux, quand vous vous retrouvez seul(e) avec vous, elle se manifeste. Elle commence à pointer le bout de son nez, quand la nuit arrive, car elle a compris que c'est à cet instant quand vous n'êtes plus dans la course de votre journée, qu'elle a une chance d'être entendue.


Au moment du coucher, plein de choses viennent vous tenir éveillé(e), ce que vous n'avez pas fait, ce que vous auriez dû faire. C'est comme si le film de votre vie, de sa monotonie se déroulait dans votre mental. C'est infernal ! Vous essayez de vous endormir, vous vous tournez et retournez dans votre lit, mais rien n'y fait toutes ces pensées, de regrets, de honte, de ressentiments, de peur de l'avenir, prennent le contrôle.


Malheureusement, bien souvent vous allez prendre des médicaments, des compléments alimentaires pour vous aider à dormir. Au début, ils vont fonctionner, vous allez dormir mais sera-t-il un bon sommeil ? Serez-vous le matin une personne en pleine forme, débutant la journée avec un sourire et la joie de cette nouvelle aventure !


Non ! Ce sera plutôt une anticipation de fatigue, et de problèmes à résoudre, sans parler des raideurs du matin !

Un autre signe de sa présence, c'est la sensation que tout est difficile, l'impression que vos problèmes sont insurmontables. Ce qui entraine un manque d'envie de faire, tout devient lassitude. Et pourtant il faut bien faire n'est-ce pas ? Toutes ces corvées, ces obligations ! C'est comme si vous vous trainiez toute la journée, en oubliant ce que vous êtes en train de faire.


Et oui la tristesse provoque des trous de mémoire !



Comment s'en libérer ?


En l'accueillant, en l'acceptant. Vivre sa tristesse est la seule méthode pour s'en libérer.


Tout ce que nous fuyons, nous rattrape !

En allant à la rencontre de toutes ces parts de nous qui ne se sont pas senties entendues, qui ont dû se débrouiller toute seule.

Je suis toujours surprise de la transformation des personnes qui viennent à moi, après avoir vécu ce protocole inédit que je leur propose. Je me souviens tout particulièrement de Jocelyne. Au début de la séance quand je lui ai parlé de cette tristesse que je ressentais, elle s'est exclamée : "Mais non je ne suis pas triste !". Ok lui ai-je répondu. Puis nous avons commencé le protocole et ses larmes ont commencé à couler. Un vrai torrent, 70 ans de tristesse qui s'évacuait !


A la fin de la séance elle était vraiment surprise de toutes ces larmes, et de toute cette tristesse qu'elle venait d'évacuer. Mais le plus surprenant était sa nouvelle capacité à respirer profondément. Elle m'a dit : "c'est incroyable, je n'avais jamais respiré aussi profondément". Quelques mois plus tard, elle m'a envoyé un mail dans lequel elle m'expliquait que tout avait changé. Elle prenait du plaisir même à faire les tâches ingrates comme le ménage ou le repassage.


La tristesse cachée, est un réel frein pour goûter aux joies simples de la vie. C'est comme si elle teintait notre vie de gris, de noir..


Prendre conscience de sa tristesse, et lui permettre de s'exprimer est un magnifique cadeau que nous pouvons nous offrir et ainsi recolorer notre vie.





Commentaires

Noté 0 étoile sur 5.
Pas encore de note

Ajouter une note
bottom of page