top of page

Fichez moi la paix !


Vous est-il déjà arrivé d'avoir envie de tout envoyer valser ?


D'en avoir tellement marre de votre job, de votre conjoint(e), de vos enfants, de votre vie ?


D'être épuisé(e), de ces combats à mener chaque jour, pour s'en sortir. De ces problèmes à répétition qui vous narguent de par leur imagination à venir vous pourrir l'existence ?

Au point, de vouloir prendre un aller simple pour un ailleurs ?

Ce matin, je nettoyais la cheminée, et je pensais à demain. Mes enfants viennent dîner pour fêter mon anniversaire. A l'évocation de ces retrouvailles lors de ce jour de ma naissance, je souriais. Je me suis arrêtée, et j'ai observé ma vie.


Quel chemin parcouru !


C'est la période de mon anniversaire, et je suis là, chez moi, en pleine santé, et cela est certainement le plus beau cadeau de ma vie. Elles sont bien loin, derrière moi, toutes ces années, pendant lesquelles, dès l'approche du mois de décembre, je tombais malade ; finissant l'année à l'hopital en piteux état ! Sans compter, les longs mois de convalescence qui suivaient .


Sur 12 mois, j'avais très peu de répit... Juste de quoi espérer que la fin de l'année serait meilleure que la précédente.

Mais c'était impossible, car justement je ne faisais qu'espérer et je ne faisais rien d'autre. Je ne passais pas à l'action, j'attendais de l'aide. De qui ? Sincèrement aujourd'hui je vous dirais de tout le monde aussi bien sur terre que là-haut.


Je veux exister


J'attendais que les autres soient gentils avec moi, qu'ils prennent soin de moi, qu'ils me montrent toute l'importance de ma vie, de mes capacités. J'avais besoin d'être au centre de leur vie, mais j'oubliais qu'ainsi je me fuyais, je fuyais ma misérable vie.


Comme je n'arrivais pas à obtenir ce que j'attendais, je bouillais à l'intérieur de moi, contre la vie, contre ma famille, mes amis, mes collègues.


Tout le monde y avait droit ! Ma vie n'était que conflit !

Fuir pour changer, mauvaise idée


L'envie de fuir, de disparaitre pointait souvent le bout de son nez avec cette petite phrase :" de toute façon je ne manquerais à personne".


Je me trompais, une personne me regretterait profondément et en souffrirait, c'était moi.


La paix, voilà ce dont j'avais besoin !


Alors je suis passée à l'action, mais sans vraiment avoir conscience que tout venait de moi. Non, j'avais décidé de suivre une formation en PNL, pour aider les autres autour de moi à changer.


Je rigole en écrivant ces mots ! Donc lors d'une séance avec mes camarades de classe, l'enseignante nous a proposé de faire un peu de pratique; Elle a organisé des groupes de trois. Une qui servirait de cobaye et les deux autres qui la conduiraient dans une transe. Mon tour est arrivé. Le but de cette séance était d'aller à la rencontre de notre guide.


Au début, je contrôlais, j'étais désolée pour mes deux accompagnatrices; mais il m'était vraiment difficile de me laisser aller. Mais elles ont persévéré ! J'ai été projetée dans un autre monde. C'était une plage, j'étais seule et je regardais autour de moi, attendant que ce cher guide - qui m'avait tout de même laisser tomber pendant toutes ces années - se présente.


Soudain, je l'ai vu s'approcher de moi. Je n'étais pas vraiment rassurée, car je m'attendais à voir un être de lumière, beau, gentil, rayonnant. Mais là, devant moi, c'était mon double en mode guerrier. Un sabre à la main, me criant dessus, m'insultant pour finir par m'attaquer avec son sabre.


Panique totale, pour moi, mais aussi pour mes deux collègues, qui comprenaient, à la réaction de mon corps physique que quelque chose se passait, mais comme pas ce que nous attendions. Elles ont essayé de me ramener. Je les entendais de loin, mais j'étais incapable de me soustraire à cette attaque; J'étais dans la riposte.


Désespérées, elles ont fait appel à l'enseignante, qui de par son expérience a pu me sortir de ce piège. Mon corps était recouvert de plaques rouges, les traces des coups que j'avais reçus.


Elle m'a laissé un peu de temps pour me remettre, puis nous a expliqué ce que j'avais vécu.


Tout commence par nous


Ce n'était pas mon guide qui s'était présenté, mais la part de moi qui était en guerre, non seulement contre le monde entier mais aussi contre le monde divin et surtout moi-même. Celle-ci bloquait toute communication avec mon être divin, avec les guides et anges qui m'accompagnaient.


Elle me coupait d'eux, et donc de leur aide.

L'enseignante m'a conseillé de retourner sur cette plage, et de dialoguer avec ce moi. Elle m'a suggéré de lui proposer la trêve et de faire la paix. Sincèrement je n'avais pas vraiment envie de la revoir, et pendant plusieurs mois je l'ai évitée et je n'ai pas du tout écouté les conseils de mon enseignante.


C'est à mes dépens que j'ai appris que tout ce je fuyais finissait par me rattraper. Je devais avoir un côté mazo pour accepter de souffrir autant en refusant d'aller à ma rencontre.


Le jour où j'ai pris la décision d'aller vers moi, fut la plus belle des décisons de ma vie

Fin 2003, j'avais décidé de fêter mon anniversaire. J'allais avoir 40 ans, et cette soirée était pour moi le symbole d'un changement. Mais j'avois oublié d'aller sur la plage. Deux mois avant tous mes symptômes sont réapparus, l'opération a suivi, comme d'habitude.


Trop, c'était trop ! Alors j'ai enfin oser dire : "STOP, çà suffit !"


Je suis retournée sur cette plage, des jours, des semaines, des mois. Ce fut long ! Normal, je la fuyais depuis 40 ans !


J'ai fait la paix avec ma guerrière au sabre.


Depuis, chaque année, je fête non pas mon anniversaire, mais ma renaissance.



Le désarmement extérieur, passe par désarmement intérieur. Le seul vrai garant de la paix est en soi - Dalai-Lama





172 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commentaires

Noté 0 étoile sur 5.
Pas encore de note

Ajouter une note
bottom of page