ga('require', 'GTM-TF4L5TX'); Le mauvais oeil
  • Facebook Social Icon
  • Google+ Social Icon
  • YouTube Social  Icon

Marie-Noelle BON - Médium et guérisseuse 

Tél. 07 86 88 76 85 

Le mauvais oeil


Pendant très longtemps je me refusais de croire à la possibilité des mauvais sorts, des envoutements. Et pourtant, ce que je viens de vivre m'a apporté la preuve que dans le monde de l'invisible la prudence et la protection sont primordiales. Mais laissez-moi plutôt vous raconter.


Il y a trois mois, ma vie a basculé, j'avais l'impression d'être revenue 20 ans en arrière où tout n'était que cahot.


Les problèmes de différentes natures se sont présentés à moi, mais je n'y ai pas vraiment apporté d'attention, trop absorbée par mon travail et ma vie.


Et puis en Juin j'ai fait une première chute, suivie quelques jours plus tard par une deuxième et la maladie est revenue me visiter. Elle était accompagnée d'une fatigue intense, de maux de tête et de douleurs diffuses. Ma jambe gauche, était la plus atteinte.


Et je continuais à me cacher la réalité. Il est vrai que l'idée que l'on m'ait jeté un sort m'a traversé l'esprit mais sans plus, je suis consciente aujourd'hui que je me refusais de voir.


Ensuite des phénomènes plutôt étranges se sont produits et de nombreuses synchronicités ont fini par attirer mon attention.


Dimanche dernier, je devais me rendre chez des amis et en voulant sortir de chez moi j'ai soudain été prise d'une panique. J'habite dans un petit village de campagne, sur la place centrale et ce jour là des personnes étaient réunies autour d'un repas. Et j'ai pris conscience que c'était le fait d'être vue qui me paniquait. Je suis montée dans ma voiture. Mon coeur battait comme s'il voulait s'enfuir.


Durant le trajet je me suis connectée à cette peur, elle m'a montré des images plutôt macabres plusieurs scènes de violence sur une femme, lapidation, torture et bucher...


J'ai compris que l'on me me montrait des vies antérieures et que j'avais besoin de libérer quelque chose mais j'ai continué à vouloir ignorer tout cela.


Le soir, je suis revenue chez moi vers 23 h. Alors que je traversais un hameau, juste avant mon petit havre de paix, mes phares ont éclairés un chat noir, tranquillement couché sur la route. J'ai freiné, fait des appels de phare mais rien ne l'effrayait